IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Redis, célèbre base de données en mémoire, n'est plus un logiciel libre car il abandonne la licence BSD à trois clauses.
Des distributeurs comme Fedora envisagent déjà de le supprimer en conséquence

Le , par Stéphane le calme

57PARTAGES

12  0 
Redis, la célèbre base de données en mémoire vive utilisée par des millions de développeurs à travers le monde, a annoncé un changement majeur dans sa politique de licence. Historiquement distribué sous la licence BSD à trois clauses, une licence open-source permissive, Redis a décidé de s’éloigner de cette dernière pour adopter une approche de licence double.

En vertu de la nouvelle licence, les fournisseurs de services en nuage hébergeant des offres Redis ne seront plus autorisés à utiliser gratuitement le code source de Redis. Par exemple, les fournisseurs de services en nuage ne pourront livrer Redis 7.4 qu'après avoir accepté des conditions de licence avec Redis, les responsables du code Redis.

Des distributeurs comme Fedora envisagent déjà de supprimer Redis en conséquence.


Redis (l’acronyme de REmote DIctionary Server qui peut être traduit par « serveur de dictionnaire distant ») est un magasin de structure de données clef/valeur en mémoire open source rapide. Redis propose un ensemble de structures de données en mémoire polyvalentes qui vous permet de créer facilement un large éventail d'applications personnalisées. Les principaux cas d'utilisation de Redis comprennent la mise en cache, la gestion des sessions, la fonctionnalité pub/sub et les classements. Il est distribué sous licence BSD, écrit en code C optimisé et prend en charge plusieurs langages de développement.

Sa vitesse et sa facilité d'utilisation en font une solution de choix pour toutes les applications (web, mobiles, jeux, technologies publicitaires et Internet des objets) qui nécessitent les meilleures performances. AWS assure la prise en charge de Redis via un service de base de données entièrement géré et optimisé nommé Amazon ElastiCache for Redis, et permet également aux clients d'exécuter un système Redis autogéré sur AWS EC2.

Ses avantages :
  • performances ultrarapides : toutes les données Redis résident dans la mémoire principale de leur serveur, contrairement à la plupart des systèmes de gestion de base de données qui stockent les données sur un disque ou sur des disques SSD. En éliminant le besoin d'accéder à des disques, les bases de données en mémoire telles que Redis évitent les délais de recherche et peuvent accéder aux données à l'aide d'algorithmes plus simples qui utilisent moins d'instructions de CPU. L'exécution des opérations classiques prend moins d'une milliseconde.
  • structures de données en mémoire : Redis permet aux utilisateurs de stocker des clefs qui sont mappées à différents types de données. Le type de données fondamental est une chaîne, qui peut être composée de texte ou de données binaires d'une taille maximale de 512 Mo. Redis prend également en charge les listes de chaînes dans l'ordre dans lequel elles ont été ajoutées ; les ensembles de chaînes non triés ; les ensembles triés classés selon un score ; les hachages qui stockent une liste de champs et de valeurs ; et les hyperloglogs pour compter les éléments uniques d'un ensemble de données. Presque tous les types de données peuvent être enregistrés en mémoire à l'aide de Redis.
  • polyvalence et facilité d'utilisation : Redis propose un certain nombre d'outils qui accélèrent et simplifient le développement et les opérations, notamment la fonctionnalité Pub/Sub qui permet de publier des messages sur des canaux, qui sont diffusés à des abonnés (idéal pour les systèmes de discussion et de messagerie) ; les clefs TTL qui peuvent avoir une durée de vie déterminée, après quoi elles se suppriment elles-mêmes (utile pour éviter que la base de données soit remplie de données superflues) ; les compteurs atomiques qui s'assurent que les conditions de concurrence ne créent pas de résultats incohérents ; et Lua, un langage de script puissant, mais léger.
  • réplication et persistance : Redis emploie une architecture maître-esclave et prend en charge la réplication asynchrone qui permet de répliquer les données sur plusieurs serveurs esclaves. Cela peut offrir de meilleures performances de lecture (car les requêtes peuvent être réparties entre les serveurs) et une meilleure récupération lorsque le serveur primaire subit une panne. Pour assurer la durabilité, Redis prend en charge les instantanés ponctuels (copie de l'ensemble de données Redis sur le disque) et la création d'un fichierAppend Only File (AOF) pour stocker sur le disque chaque changement de données à mesure qu'il est écrit. Chaque méthode permet une restauration rapide des données Redis en cas de panne.
  • prise en charge de votre langage de développement préféré : Plus d'une centaine de clients open source sont mis à la disposition des développeurs Redis. Les langages pris en charge comprennent Java, Python, PHP, C, C++, C#, JavaScript, Node.js, Ruby, R, Go, etc.


Une nouvelle stratégie de licence qui a abouti à un accord commercial avec Microsoft

La nouvelle stratégie de licence de Redis utilise la Redis Source Available License version 2 (RSALv2) ou la Server Side Public License version 1 (SSPLv1), à partir de Redis v7.4 et pour toutes les futures versions. Ce changement est clairement destiné à empêcher les grands fournisseurs de cloud de proposer des alternatives gratuites aux services hébergés de Redis.

Malgré les rumeurs et les confusions qui ont circulé, la licence pour Redis open source n’a jamais été modifiée. Elle est, et restera, sous licence BSD. Cependant, les modules Redis développés par Redis ont vu leur licence changer de l’AGPL à l’Apache v2.0 modifiée avec la clause Commons.

Avec cette nouvelle licence, les fournisseurs de services cloud qui hébergent Redis devront conclure un accord commercial avec Redis. Microsoft est la première entreprise à le faire. En outre, Redis a également annoncé l’acquisition du moteur de stockage Speedb pour étendre ses capacités au-delà de l’espace de stockage en mémoire.

Les raisons de ce changement évoquées par Redis

À partir d'aujourd'hui, toutes les futures versions de Redis seront publiées avec les licences disponibles à la source. À partir de Redis 7.4, Redis bénéficiera d'une double licence sous la licence Redis Source Available (RSALv2) et la licence publique côté serveur (SSPLv1). Par conséquent, Redis ne sera plus distribué sous le système Berkeley Software Distribution (BSD) à trois clauses.

Dès le premier jour, Redis a fourni une base de performances et de simplicité pour les applications et l'infrastructure de données qui alimentent l'Internet moderne. Aujourd’hui, 15 ans plus tard, nous sommes fiers de servir des millions de développeurs à travers le monde en prenant en charge les applications en temps réel dont le monde dépend chaque jour. Nous avons déjà implémenté une double licence pour nos modules Redis avancés sous la distribution Redis Stack, qui a été bien accueillie par la communauté. En fait, plus de 50 % des téléchargements redis.io – depuis Redis 6 et au-delà – proviennent de Redis Stack. Nous pensons désormais qu'étendre cette licence à Redis lui-même nous permettra de continuer à faire évoluer l'ensemble le plus complet de modèles de données, de moteurs de traitement et de capacités de développement pour nos utilisateurs.

Les nouvelles licences disponibles pour les sources nous permettent de fournir durablement une utilisation permissive de notre code source. Nous conduisons Redis vers sa prochaine phase de développement en tant que plate-forme de données en temps réel avec un ensemble unifié de clients, d'outils et d'offres de produits Redis de base. Le code source de Redis continuera d'être disponible gratuitement pour les développeurs, les clients et les partenaires via Redis Community Edition. Les futures versions disponibles en source Redis unifieront le noyau Redis avec Redis Stack, y compris les modèles de données de recherche, JSON, vectoriels, probabilistes et chronologiques dans un package gratuit et facile à utiliser sous forme de logiciel téléchargeable. Cela permettra à quiconque d'utiliser facilement Redis dans une variété de contextes, notamment en tant que magasin de clefs/valeurs et de documents hautes performances, moteur de requête puissant et base de données vectorielles à faible latence alimentant les applications d'IA générative.

Le succès de Redis a créé un ensemble unique de défis. Redis a sponsorisé l'essentiel du développement aux côtés d'une communauté dynamique de développeurs désireux de contribuer. Cependant, la majorité des ventes commerciales de Redis sont acheminées via les plus grands fournisseurs de services cloud, qui banalisent les investissements de Redis et sa communauté open source. Malgré les efforts visant à soutenir un modèle de gouvernance dirigé par la communauté et notre désir de conserver la licence BSD, la fourniture simultanée de plusieurs distributions de logiciels – à travers des logiciels open source, disponibles en source et commerciaux optimisés pour différentes plates-formes sur site et cloud – est à l'ordre du jour des chances avec notre capacité à conduire Redis avec succès dans le futur.

En vertu de la nouvelle licence, les fournisseurs de services cloud hébergeant les offres Redis ne seront plus autorisés à utiliser gratuitement le code source de Redis. Par exemple, les fournisseurs de services cloud ne pourront fournir Redis 7.4 qu'après avoir accepté les conditions de licence avec Redis, le responsable du code Redis. Ces accords soutiendront la prise en charge des solutions intégrées existantes et fourniront un accès complet aux prochaines innovations Redis.

Une situation prévisible ?

D'une certaine manière, cette décision n'est pas surprenante. Nous avons vu d'autres sociétés open source comme MongoDB, Elastic et Confluent prendre des mesures similaires. Même Redis - à l'époque où il s'appelait encore Redis Labs - a connu une série de changements en 2018 et 2019 qui ont modifié la façon dont il concédait des licences à ses modules Redis. C'est à ce moment-là que l'entreprise a introduit la première version de sa licence Redis Source Available License.

« Nous avons changé pour les mêmes raisons, je pense, que tout ce qui est venu avant nous a changé, à savoir la protection de notre investissement que nous faisons dans l'open source », a expliqué le PDG de Redis, Rowan Trollope, qui a rejoint l'entreprise il y a un peu plus d'un an. « En particulier avec Speedb, il s'agit d'un investissement important pour nous en tant que startup. Si nous mettons cela en place et que les fournisseurs de services en nuage ont la possibilité de le prendre et de l'envoyer rapidement à leurs clients - essentiellement sans rien payer - cela nous pose un problème, comme vous pouvez l'imaginer ».

L'entreprise est tout à fait consciente de la façon dont cela peut être perçu par la communauté open source. Redis Trollope, qui a rejoint la société il y a un peu plus d'un an, a expliqué qu'il avait informé un grand nombre de clients de ce changement et qu'il n'avait rencontré aucune controverse. Il est également conscient que ces nouvelles licences signifient que Redis ne sera pas considéré comme un logiciel libre, du moins selon la définition de l'Open Source Institute. Mais il a également souligné que Redis prévoit de continuer à travailler de manière ouverte et de permettre à n'importe quelle entreprise de déployer la version open source de Redis.

« Je ne serais pas surpris qu'Amazon sponsorise un fork », a-t-il ajouté. « Microsoft a déjà acquis une licence pour Redis. Nos portes sont ouvertes pour que Google et Amazon puissent obtenir une licence pour le logiciel. Ce n'est pas qu'ils ne peuvent pas continuer à distribuer Redis, ils doivent simplement conclure un accord commercial avec nous ».

Avec ce changement de licence, l'entreprise consolide également Redis Stack et Redis Community Edition en une seule distribution. Redis Stack a été lancée en 2022 en tant que distribution de pointe combinant certains des modules les plus populaires, un outil de visualisation et un SDK client. En raison de la licence BSD, Redis n'a pas pu intégrer ses dernières innovations dans Redis Core, ce qui signifie qu'il lui manquait des fonctionnalités telles que la recherche et l'interrogation, par exemple. Selon Trollope, cette évolution permettra de simplifier la tâche des utilisateurs qui devaient auparavant télécharger plusieurs éléments pour tirer le meilleur parti de Redis.

Sources : Redis (1, 2), Microsoft , Fedora

Et vous ?

Quelles pourraient être les conséquences à long terme du changement de licence de Redis pour la communauté open source ?
Comment ce changement affecte-t-il votre décision d’utiliser Redis dans vos projets futurs ?
Pensez-vous que la nouvelle licence de Redis pourrait dissuader les fournisseurs de cloud de proposer des services basés sur Redis ?
Quelles alternatives open source à Redis envisagez-vous d’explorer ?
Comment les entreprises peuvent-elles équilibrer la protection de leurs investissements tout en soutenant l’écosystème open source ?
Quel est votre avis sur l’acquisition du moteur de stockage Speedb par Redis et son impact sur l’avenir de Redis ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de ced
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 25/03/2024 à 14:04
Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
L'éditeur propose une version bridée et la version performante est payante (PostGreSQL)
Faux ! PostgreSQL n'appartient à aucun éditeur, mais au PostgreSQL Global Development Group, justement affranchi de tout éditeur.
C'est justement ce qui fait que ce qu'on voit avec Redis, MongoDB ou MySQL il y a quelques années, ne peut pas se produire (et c'est volontaire) avec PostgreSQL.

ced
9  0 
Avatar de smarties
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 9:26
Une version open source restera disponible, ce qui limitera la casse sur les éventuelles futures utilisations dans les nouveaux projets.

Aujourd'hui, de toute façon, il y a quelques alternatives propriétaires ou non (KeyDB, Dragonfly, ...)
4  0 
Avatar de esperanto
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 18:04
Bah au pire le changement de licence n'est pas rétroactif, donc si Redis est suffisamment important suffit de le forker sous un autre nom.

Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
[*]l'éditeur propose une version bridée et la version performante est payante (PostGreSQL)
ça ne signifie pas que l'outil n'est pas libre, mais les licences de type BSD (contrairement à la GPL) autorisent la création de forks commerciaux.
EntrepriseDB est basé sur PostgreSQL, ça ne veut pas dire que c'est la version payante officielle, c'est juste la seule actuellement connue. Soit tu n'as pas besoin des fonctionnalités étendues et alors la version libre est très bien, soit tu en as besoin et soit tu paies pour ça soit tu essaies d'implémenter ce qui manque dans la version libre (ou de payer quelqu'un pour le faire).
Personne ne dit que libre = gratuit, ce sont deux aspects distincts d'un même logiciel.

Par comparaison les versions gratuites d'Oracle ou SQL Server ont une limitation en taille si je me souviens bien. C'est une limitation artificielle destinée à faire passer les gens à la version payante dès qu'ils dépassent un certain volume.
C'est de bonne guerre, ceux qui veulent à tout prix le leader du marché assument en acceptant ses conditions. Moi je préfère le libre. Et là ce n'est pas le prix qui m'intéresse mais bien l'accès au code source.
Pas de limitation de ce type avec PostgreSQL : au pire ils ne te garantissent pas que la base peut tenir avec de gros volumes suivant ta configuration, mais jamais tu ne te retrouveras devant un message disant "limite dépassée veuillez payer pour ajouter plus de données". De toute façon s'il existait je pourrais aller dans le source pour le virer.

Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
chaque changement dans le monde des bases de données est toujours complexe (le système va t-il me fournir exactement les mêmes services), lent (du fait de l'inertie des données) et critique (combien d'heures, jours, vais devoir subir sans que le système ne fonctionne, y a t-il une garantie, des "sachants"...)
Dans ce cas autant rester sur la version précédente qui reste libre (ça vaut pour Redis comme pour PostgreSQL d'ailleurs). Le problème ne se pose que si on veut vraiment passer à la version suivante et là je ne vois pas en quoi les logiciels payants sont mieux que les libres.
Quant à la garantie rappelons que l'une des contreparties du fait qu'on laisse un logiciel sous licence libre, c'est l'absence de garantie. Le support ça se paie et c'est même un des moyens qu'a le libre de se financer.
4  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 30/03/2024 à 18:22
Il est intéressant dans un projet informatique dans son entreprise de voir toute les dépendances qu'ils utilisent, on incluant celle de l'os si c'est linux.
Beaucoup pour pas dire la totalité sont gratuite. La majorité maintenue bénévolement par juste 2-3 gugusses en best effort.
Rien que Firefox s'appuie sur 1 tonne de dépendance "critique", les codec videos par exemple.

100% des grosses boites française que j'ai faite n'ont jamais rien donné aux créateurs de ces dépendances.
Ce serait drôle si un jours il fallait payer chacune de ces dépendances

On peut difficilement en vouloir à une boite de trouver des solutions pour gagner de l'argent et monter un business.
Si demain Firefox n'arrive pas à gagner assez d'argent ils vont devoir trouver un autre modèle économique (vente de donnée, pub...).

Linux ou Wikipedia sont des exceptions dans le monde du libre, ce sont des projets critiques que les grosses entreprises et institutions finances beaucoup d'argent.
Mais sous le capot, si je prends la lib numpy ou pandas en python par exemple, sur Wikipédia j'ai l'impression que c'est des projets maintenues par juste 2-3 gugusses gratos (je peux me tromper mais ca n'a pas l'air d'etre soutenue par de grosses structures). Lib pourtant très critique et tres connue, si je parle maintenant des sous libs inconnue alors la....

c'est un miracle que ce château de carte tiens pas trop mal en 2024 et les grosses boites du cac40 et gafam sont très contente d'en profiter gratuitement, c'est un gain de productivité énorme !

Si demain une boite devait payer son os, son langage avec son compilateur, chaque lib, chaque sgbd... ca changerait totalement le modèle économique de l'informatique. Je pense qu'on s'enfermerais dans un écosysteme de gafam. Un windows avec visual studio avec c# et sql server par exemple coté Microsoft.
2  0 
Avatar de PhilNelwyn
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/03/2024 à 11:57
Citation Envoyé par TheGuit Voir le message
Du coup pour résoudre une incertitude sur la licence on préfère une incertitude sur la maintenance et le suivi.
C'est un trade-off que je ne ferais pas personnellement sur mes projets.
Ça c'est un autre débat.
Tu demandais quel était l'intérêt, c'est celui-là.
1  0 
Avatar de esperanto
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/03/2024 à 9:27
Citation Envoyé par Michel.Priori Voir le message
[*]En quoi l'utilisation en cloud serait moins tolérable qu'ailleurs ...
L'auteur initial d'un logiciel a le privilège de décider ce que ses utilisateurs ont le droit de faire avec ou pas. Il peut donc autoriser l'usage en cloud ou pas. Et il n'a pas à justifier ce choix.
Pour indiquer son choix, l'auteur glisse dans son logiciel un document appelé licence. Il peut la rédiger lui-même mais il est plus simple de choisir une des grandes licences du logiciel libre: non seulement il a moins à rédiger (juste une phrase indiquant le nom de la licence) mais pour l'utilisateur aussi c'est plus simple, beaucoup d'autres logiciels utilisent la même et si il ne comprend pas certains termes, de nombreux utilisateurs ont pu écrire des résumés sans valeur officielle mais plus faciles à lire.

En ce qui concerne le cloud, les licences de logiciel libre l'autorisent sans problème. Par contre si tu diffuses une version modifiée d'un logiciel libre, là tu dois bien regarder ce que dit la licence car c'est typiquement pour ce genre de cas qu'il y a des différences entre BSD, GPL et AGPL. Typiquement une licence de type GPL ou AGPL va t'obliger à diffuser gratuitement tes modifications en téléchargement, avec les sources. ça ne t'interdit pas de faire de l'argent avec tes propres services, mais tu ne pourras pas empêcher quelqu'un de faire la même chose avec tes sources (mais sur son propre cloud et sous un autre nom, le nom original ne pouvant être que cité en référence)

Citation Envoyé par Michel.Priori Voir le message
[*]Si l'argument est de dire que les nouvelles moutures seront largement plus évoluées que le produit actuel, pourquoi ne pas en faire un produit séparé ? -REDIS entreprise- par exemple
En fait l'outil était sous une licence BSD qui autorisait n'importe qui à créer un produit commercial ... mais pas à s'approprier le nom.
Ici une société a réussi à s'approprier le nom en poussant l'auteur original à céder sa marque avec des promesses qu'elle n'a ensuite pas tenues.

Aujourd'hui n'importe qui peut créer un produit sur base des anciennes versions ... mais en changeant le nom.
Techniquement ça ne change pas grand chose, mais dans le monde dans lequel nous vivons, ça pose un problème parce que beaucoup feront la confusion avec le nom original désormais associé à un produit techniquement similaire mais légalement très différent par sa nouvelle licence.

A contrario, pour rester dans le monde des SGBD:
  • MySQL était dès le départ la propriété d'une société commerciale qui a connu des rachats successifs. Le résultat est certes comparable à celui de Redis (la version libre s'appelle désormais MariaDB) mais il n'y a pas eu de vol parce qu'on le savait depuis le début;
  • EntrepriseDB commercialise une version payante de PostgreSQL... mais ne s'attribue ni le nom, ni la paternité du logiciel original (juste de ses propres modifications) et encore moins l'exclusivité (même si je ne connais pas d'autres forks commerciaux de PostgreSQL). Il n'y a guère que xxxPro pour entretenir la confusion.


Citation Envoyé par Michel.Priori Voir le message
... à quand linux payant dans le cloud ??
Il existe des distributions payantes de Linux, cloud ou pas cloud. Mais
  • Ce sont des distributions (contenant linux + autre chose), pas des variantes
  • Le nom Linux appartient à une fondation, il sera plus difficile de faire le même tour de passe-passe qu'avec Redis. Les distributions se disent basées sur Linux, elles ne s'approprient pas le nom et surtout pas en exclusivité.
  • Linux utilise une licence GPL, qui contrairement à la BSD n'est pas modifiable (il faudrait l'accord de tous les développeurs pour faire un tel changement et il y en a plein).
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/04/2024 à 12:01
bien tien, un article aujourd'hui qui dit exactement ca

Vous avez bien lu, la sécurité du web mondial, le truc qui permet de piloter des ordinateurs à distance de manière fiable, tient en partie au travail d’un unique et obscur bénévole sur son temps libre.
1  0 
Avatar de LeBressaud
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 9:45
Citation Envoyé par smarties Voir le message
Une version open source restera disponible, ce qui limitera la casse sur les éventuelles futures utilisations dans les nouveaux projets.

Aujourd'hui, de toute façon, il y a quelques alternatives propriétaires ou non (KeyDB, Dragonfly, ...)
Garnet depuis quelques jours (https://www.microsoft.com/en-us/rese...-and-services/), compatible avec RESP. Il manque encore quelques APIs mais c'est prometteur
0  0 
Avatar de Leruas
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/03/2024 à 10:44
La licence AGPL était déjà restrictive non? On n'a pas le droit d'utiliser ce type de licences gratuitement sur du logiciel SaaS
0  0 
Avatar de esperanto
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/03/2024 à 22:22
Citation Envoyé par Leruas Voir le message
La licence AGPL était déjà restrictive non? On n'a pas le droit d'utiliser ce type de licences gratuitement sur du logiciel SaaS
Non.
La licence AGPL t'empêche juste de créer une version non libre d'un logiciel AGPL qui serait accessible uniquement via ton SaaS : si tu as modifié les sources, elles sont sous AGPL donc tu dois les diffuser. ça ne t'empêche en rien de créer le SaaS et de le vendre, mais tu dois en informer les clients et diffuser les sources de tes modifications, et tu ne peux pas empêcher quiconque de faire avec tes sources ce que tu as toi-même fait avec les sources originales.

C'est un peu plus restrictif que la GPL qui ne tenait pas compte de la diffusion en réseau.
En gros, avec la GPL tu as le droit de modifier le logiciel et de le garder pour toi (c'est seulement si tu diffuses tes modifications que tu dois le faire avec les sources et la même licence); pareil avec AGPL sauf qu'on considère la création d'un service SaaS comme une diffusion du logiciel, cas que la GPL n'avait pas prévu et où la restriction concernant les modifications ne s'appliquait donc pas.

Tant que tu conserves le logiciel tel quel aucun problème pour un SaaS même payant.
Tu modifies le logiciel et tu le distribues (en téléchargement par exemple) ==> garder la même licence, en GPL comme en AGPL
Tu modifies le logiciel et tu crées un SaaS avec: en GPL aucun souci; en AGPL, tu dois garder la même licence donc obligé de diffuser les sources modifiées (mais la licence ne t'interdit pas de rendre le SaaS payant)
0  0